samedi 5 juillet 2014

Dans ma boîte aux lettres (12)


Ma semaine de réception a commence mardi.

La societe des ecrivains m'a envoyé un livre ayant pour théme l'histoire

"Un proverbe dit: "les grands hommes ne naissent pas dans la grandeur, ils y grandissent." À l'incroyable incertitude qu'une guerre sans pitié et sans limites peut faire naître, elle va également révéler aux yeux du monde des hommes d'exception. George Smith Patton et Philippe François Marie comte de Hauteclocque, dit Leclerc, font assurément partie de ces hommes qui, par leur courage, leur intelligence ou leur audace, ont marqué l'Histoire de leur empreinte.
À travers ce livre, vous pourrez constater à quel point ces deux héros ne sont finalement pas si différents que cela. Depuis leur plus tendre enfance, par leur éducation très paternelle, leur carrière militaire, leurs choix, leur faculté à interpréter le mouvement ennemi et le surprendre au moment où ce dernier ne s'y attend plus, mais aussi par leur connaissance de l'histoire militaire et par leur vision du monde d'après-guerre... ces deux généraux hors norme ont fait souffler sur la période la plus sombre de l'humanité un vent d'audace."

Essai-miroir, "Patton-Leclerc" rend un hommage appuyé à ces deux militaires qui ont infléchi le cours de l'histoire. Leur formation, leurs faits d'armes, leurs déclarations, mais aussi leur caractère et leur volonté inébranlables sont ainsi mis à l'honneur dans cet ouvrage qui synthétise avec force l'action de ces deux hommes déterminés et déterminants. Mais, par-delà les portraits croisés, c'est encore une rétrospective limpide des mouvements, enjeux et stratégies militaires entre Europe et Afrique du Nord, lors du second conflit mondial, que retrace ce texte qui ne manque jamais de nous transmettre sa fascination pour ces deux lions exemplaires et visionnaires que resteront Patton et Leclerc.

Les Presses de la Cité m'ont également gâtée
Quoique née en Angleterre, Andrea a toujours vécu en Californie. Alors qu'elle vient de rompre avec son petit ami, elle apprend que son grand-père maternel, Robert, est mourant. Elle décide de se rendre au chevet de cet homme dont elle ignore tout.
Dès son arrivée, elle éprouve des sensations bizarres, pense voir des gens quand il n'y a en réalité personne. Sa grand-mère met cela sur le compte de la fatigue due au décalage horaire, mais Andrea n'en croit rien. Bientôt, elle assiste à des scènes étranges, comme si le passé se rejouait sous ses yeux. Elle comprend qu'il s'agit de ses arrière-grands-parents et démêle peu à peu l'entrelacs de mensonges et de faux-semblants sur lequel s'est construite la légende familiale. Robert a toujours pensé qu'il était issu d'un viol, mais la vérité, comme Andrea va le découvrir, est tout autre.

La magnifique propriété du Yorkshire abrite depuis des générations la famille de Charles Ingham, comte de Mowbray, et celle de leurs fidèles serviteurs depuis près de deux cents ans, les Swann. Entre elles règnent une entière confiance et une parfaite entente. Parmi les six enfants du comte et de la comtesse, Daphné, à tout juste dix-sept ans, est une véritable beauté. Promise à un beau mariage, elle sera bientôt présentée à la Cour et tous les espoirs de son père reposent sur elle.
Mais un évènement tragique va bouleverser sa vie et menacer de salir le nom des Ingham. Plus grave encore, la menace de la Première Guerre Mondiale pèse sur les deux familles.
Trahisons, crime, disputes : les heures paisibles sont comptées à Cavendon Hall.

Ma grande soeur Tyshalit m'a aussi prêté un livre, qui m'a interpellé lorsqu'elle en fait la chronique. Je suis donc vraiment impatiente.

" Cette journée du 1er janvier, la première de la dernière année du monde, il s’est passé quelque chose de spécial entre nous, les élus. C’était comme au printemps, quand on devient joyeux sans comprendre pourquoi. C’est la dernière année de souffrance, a dit papa. Bientôt, on sera libérés."

À travers cette apocalypse manquée, une jeune fille de 13 ans contemple la condition humaine dans ses craintes et ses obsessions, dans son incroyable capacité d’imagination pour triompher d’une vie sans espérance.

Le roman de Sandra Labastie explore la frontière très fragile où la croyance jouxte la folie.

Et vous, qu'avez-vous reçu?

3 commentaires:

  1. Le Barbara Wood et le Barbara Taylor Bardford me disent bien . J'aime beaucoup ces deux auteures .
    Bonnes lectures.

    RépondreSupprimer